Les six chapeaux de la réflexion – Edward de Bono

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, partons à la découverte d’un livre qui va nous permettre de mieux prendre en compte nos opinions et celles des autres lors de la prise de décisions importantes.
« Les six chapeaux de la réflexion » d’Edward de Bono, est un ouvrage au départ ciblé pour les entreprises néanmoins, il peut être aussi utile selon les cas, pour des questionnements plus personnels.

Couverture du livre "Les six chapeaux de la réflexion" d'Edward de Bono
“Les six chapeaux de la réflexion” d’Edward de Bono

Pour commencer, une biographie de l’auteur :

Dr. de Bono est né à Malte en 1933. Il défend la pensée dans le système éducatif et ses théories, concepts et outils sont utilisés à travers le monde. Considéré comme l’une des personnes les plus influentes dans le monde de « la pensée créative », il publie plusieurs ouvrages sur la pensée parallèle associée à plusieurs techniques de créativité.
Le livre « Les six chapeaux de la réflexion » fait partie aujourd’hui des méthodes classiques de management utilisées pour la résolution de problèmes.

EXPÉRIMENTATION DE LA MÉTHODE DES SIX CHAPEAUX DE LA RÉFLEXION

Selon Edward de Bono, il est impossible de se concentrer dans plusieurs directions à la fois. C’est pourquoi sa méthode est efficace. La meilleure stratégie est donc son expérimentation, afin d’optimiser ladite concentration à différents moments.

« Nous nous apercevons que dans une argumentation, bien souvent les deux parties ont raison, mais ne parle pas de la même chose. »

Cette phrase, tirée du livre, montre bien à quel point la situation standard ne fonctionne plus. Il est donc important pour se faire entendre, d’aller de l’avant. Pour les parties concernées, et ce lors d’une réflexion, ça sera de regarder un angle différent à un problème, mais toujours au même moment, à un instant T.
Deux visions, qui peuvent être contradictoires et qui seront mises en parallèle.

Les chapeaux rentrent en scène afin que le penseur (celui qui souhaite s’exprimer) puisse s’adapter, regarder dans une direction donnée et livrer sa réflexion, surtout lors de discussions importantes. Les différents intervenants sont libres de s’exprimer et de devenir un « penseur ».
Chaque chapeau a son rôle à jouer et donne de la puissance lors d’une réunion d’affaires, une économie de temps et la suppression d’un Ego qui peut facilement se révéler.
Et enfin, le fait de ne réfléchir qu’à une chose à la fois, stoppe la confusion des esprits.

LES COULEURS DES CHAPEAUX

Edward de Bono a souhaité mettre en avant des chapeaux de couleurs, plutôt que de leur donner un nom. Ces couleurs sont là pour la visualisation et pour faciliter la représentation mentale. Ainsi, les erreurs ne seront pas commises.

COMMENT LES UTILISER ?

Les chapeaux peuvent être utilisés de deux manières différentes. La première est appliquée pour que l’on puisse ne solliciter qu’une réflexion avec une couleur en particulier. Les intervenants sont d’accord pour utiliser le type de chapeau qu’ils souhaitent voir s’exprimer.
L’autre moyen est de prédéfinir en amont, un ordre donné avant utilisation. Une suite précise et logique sera mise en place tout au long de la réunion.

Donc sans attendre, voici la description et par couleurs, de tous les chapeaux de la réflexion.

LES SIX CHAPEAUX DE LA RÉFLEXION

LE CHAPEAU BLANC

Avec le chapeau blanc, les intervenants doivent se concentrer uniquement sur l’information. On l’utilise généralement au début d’une session afin de poser les bases du déroulement d’une réflexion. Neutre, il ne prend en compte que l’existant. Pour réfléchir avec le chapeau blanc, la discipline consiste à encourager « le penseur » à dissocier les faits et les interprétations. En effet, il s’agit là de les obtenir de façon la plus objective possible.

Ces faits peuvent comporter plusieurs niveaux. Ceux qui sont prouvés et vérifiés, des certitudes et ceux qui n’ont pas été complètement vérifiés, des croyances. Les deux niveaux sont à utiliser en sachant bien différencier et préciser le degré de véracité.

En bref, la couleur de ce chapeau indique sa non-couleur. L’impartialité est ici de rigueur.

LE CHAPEAU ROUGE

Le chapeau rouge, comme sa couleur l’indique est le chapeau de la chaleur et du feu. Le porter est donc représentatif des émotions, des sentiments et de l’intuition.
Selon l’auteur, il ne faut pas se leurrer. Les émotions ont bien sur place lors d’une réunion d’affaires. Lorsqu’une question est posée, grâce au chapeau rouge, « le penseur » peut donner son sentiment. Le but étant de livrer ladite émotion à un instant T, sur une situation déjà déterminée. Il n’est pas besoin de se justifier puisqu’il n’est pas question ici de jugement ni de devoir se justifier.
Le chapeau rouge offre un cadre formel où chacun peut s’exprimer et l’erreur, serait de refouler ses sentiments. C’est une sorte d’exploration, de point de vue d’une opinion liée à ce que l’on peut ressentir sur le moment.

LE CHAPEAU NOIR

C’est le plus utilisé de tous les chapeaux, et le plus important. En effet, lors d’une réunion, il permet d’utiliser les capacités critiques de chaque intervenant. Bien sûr, prudence et attention sont de mise avec le chapeau noir, car dans certains cas, il peut amener à la poursuite, mais aussi à l’abandon d’une idée. L’auteur nous précise également que l’abus du chapeau noir peut révéler un problème d’ego au sein des intervenants. Ainsi, celui-ci n’autorise pas l’argumentation. Il remet les choses à leurs justes places. Dans un esprit de logique, il indique ce qui est faux, et ce qui ne fonctionne pas, garantissant le non-gaspillage d’idées inutiles. Relever les problèmes et les difficultés potentielles, voilà le but du chapeau noir.
Avec une question à se poser au préalable : « Quelles sont les faiblesses que nous devrons surmonter ? »

LE CHAPEAU JAUNE

Sous le chapeau jaune, « le penseur » s’efforce de voir l’optimisme d’une idée, et la façon dont on peut la mettre en pratique. Fondé sur la logique, c’est tout de même une sensibilité qui s’en dégage, en apportant un point de vue positif mais discipliné.


« C’est vers l’avenir que l’on regarde ».


La palette du chapeau jaune est large, puisqu’elle couvre le rêve, la vision et l’espoir. Son but est l’efficacité dans les opportunités. Promouvoir un optimisme raisonnable, sans pour autant effacer le reste, voilà le fondement du chapeau jaune.

LE CHAPEAU VERT

Le chapeau vert est le chapeau de l’énergie, de la végétation, de la croissance. Il offre au « penseur » la possibilité de voir de nouvelles idées, et de trouver des solutions de rechange.
C’est la créativité qui prime sous le chapeau vert, lorsque l’on se rend compte que rien d’autre n’a marché. Cette pause peut être bénéfique pour les intervenants, car elle permet de progresser à partir d’une idée, vers une autre idée.
Aller au-delà de ce qui est connu, évident et satisfaisant, le chapeau vert devrait être porté par tous lors d’une réunion d’affaires. C’est le langage de la pensée créative.

LE CHAPEAU BLEU

Le chapeau bleu offre un panorama, un ciel de par sa couleur bien sûr. Il incite au travail de la réflexion. Aux commandes, il intervient au début d’une séance en définissant la situation, les objectifs et l’ordre des chapeaux. Il met en place une stratégie tout en maintenant la discipline et montrant la cible à traiter. Tel un chef d’orchestre, il dirige de processus de réflexion, l’organise tout en respectant la partie de chacun. Le chapeau bleu contrôle et vérifie le déroulement de la réflexion. Si celui-ci est attribué à « un penseur », il en est pas moins que les autres intervenants sont libres de faire des suggestions ou des commentaires.

Voilà pour la présentation des six chapeaux de la réflexion. Cette méthode unique permet la prise de décision même si celle-ci semble évidente au préalable. Chacun peut s’exprimer avec clarté et simplicité. L’auteur nous explique également que cela peut engendrer un changement de comportement, en fonction des chapeaux et de leurs expérimentations sur les intervenants. Grâce à son allure de jeu de rôles, la méthode est très utile dans un processus de réflexion. C’est un langage commun propre pour les membres d’une même entreprise.

Je trouve cette méthode très instructive. Pour les entreprises qui doivent se réunir ou préparer un « brainstorming », c’est un moyen de faire participer tout le monde sans débordement ni préjugé.
On sait où l’on va, on explore les idées et les réflexions. Une méthode qui a fait ses preuves et qui insuffle un mouvement de communauté et de communication essentiel dans le monde de l’entreprise.

À vous de vous faire une idée 🙂

Partager l'article :
  •