LA PEUR, FATALITÉ OU OPPORTUNITÉ

Bonjour cher entrepreneur conquérant,

Aujourd’hui, j’aimerais mettre en lumière une émotion particulière, puisque à elle seule, elle peut soit nous décimer ou au contraire nous faire avancer : la peur.

Si je souhaite vous parler de cela, c’est que je suis moi-même dans une phase de changement professionnel et donc bien sûr, je passe par pas mal d’émotions, la peur étant le numéro 1.

En effet, j’ai décidé de quitter mon emploi salarié afin de me concentrer pleinement à l’entrepreneuriat. Beaucoup d’entrepreneurs le savent, lorsque l’on est tombé dans la marmite… il est dur d’en sortir… Dans mon cas, j’aime créer et surtout construire des projets qui m’animent, qui ont du sens pour moi.

Après la création de deux micro-entreprises basées sur la communication visuelle et le graphisme qui m’ont Ô combien apporté en terme de défi, de sortie de zone de confort, j’étais malgré tout retournée vers salariat pour compléter mon activité. Malheureusement pour moi, celui-ci me prend tellement de temps, que j’ai beaucoup de mal à cumuler les deux. J’y ai évidemment mis beaucoup du mien, ce qui m’a apporté au final beaucoup de frustrations et de fatigue, car je cherchais à tout faire en même temps.

C’est comme cela que la peur a commencé à pointer le bout de son nez. Avais-je trahi mon côté entrepreneur conquérant, aurais-je un jour le temps de pouvoir créer l’entreprise que je souhaitais ? Devais-je jeter à la poubelle tous mes rêves de réussite ?

Toutes ces questions me mirent tellement à mal pendant plusieurs mois que, finalement, je décidais de penser d’abord à mon bien-être et de réfléchir consciencieusement sur mon avenir professionnel.  C’est ainsi qu’il y a quelques mois, je mis ma petite entreprise en stand-by.

Ce choix douloureux au départ me permis de voir deux choses :

Premièrement tout n’est pas acquis dans la vie, pour pouvoir avancer dans l’entrepreneuriat (et dans mon cas particulièrement) il fallait évidemment que je passe encore par la « case » salariée pour me constituer une trésorerie. Ce que je fis.

Deuxièmement, cela apporta d’autres idées et opportunités comme par exemple me consacrer plus à mon blog, car je m’étais rendue compte que, au delà de la création d’entreprise, j’aimais (écrire) faire partager ma passion pour l’entrepreneuriat en général. Travailler sur la communication visuelle pour des TPE  m’a beaucoup appris, riche en rencontres d’entrepreneurs qui m’ont marquée, de slashers qui continuaient à cumuler leurs métiers/passions avec un travail salarié… bref avoir pu baigner dans ce milieu fut grisant et exaltant.

LA MISE EN ROUTE DES ÉMOTIONS – LES 3 PEURS

La première peur qui m’a accompagnée était celle qui poussait à savoir si je devais ou non continuer à entreprendre. Elle m’a permis de me pousser à écrire des articles pour de parfaits (entrepreneurs) inconnus et de continuer à planter certaines graines afin que je puisse continuer dans cette voie.

Malgré tout. Il restait au fond de moi quelque chose d’incomplet. Comme si je me mentais à moi-même. J’ai donc entamé un bilan de compétences qui m’a confirmé ce que je savais déjà : je ne suis pas faite pour le salariat.

La deuxième peur qui suivi fut : ok mais comment je vais m’en sortir ? Devrais-je reprendre ma dernière activité  de graphiste que j’avais mise de côté? Oserai-je me lancer dans quelque chose de complètement différent ?

La peur ne m’a pas lâchée. MAIS .. elle a suscité en moi une émotion, qui au fil des jours prenait de l’ampleur : la motivation. Et oui la peur m’a motivée. C’est pendant cette phase de réflexion que je sais maintenant ce que je ne veux plus faire.

La décision est prise : je quitte mon travail.

Entre-temps la peur me stimulant à chercher une solution de repli, une opportunité s’est présentée spontanément à moi. Et là, ce fut comme un coup de foudre, une révélation.

C’est lorsque je me suis aperçue de plusieurs faits et signes cherchant à m’encourager que j’ai décidé de sauter le pas une nouvelle fois : re-créer une entreprise de toutes pièces, une entreprise dont j’avais rêvé toute ma vie.

Pourquoi pas ! Les indécis me diront que j’ai déjà essayé dans un domaine, pourquoi m’obstiner ailleurs ? (et oui c’est un domaine différent que celui de la communication visuelle). En y réfléchissant bien, ce niveau projet regroupe à lui seul toutes compétences que j’ai pu accumuler pendant des années, au fils de mes projets, travaux, emplois, entreprises… comme quoi, être polyvalent cela sert..

Mais, comme dit l’adage ” jamais deux sans trois”, la troisième peur arriva telle un cheval fougueux ! Comment allais-je m’y prendre ? Et si cela ne marchait pas ? Pourrai-je être financièrement autonome ?

LA PEUR POSITIVE …

Malgré cela, pour la première fois de ma vie, cher entrepreneur conquérant, je ressens cette peur en étant positive. Elle est avec moi tous les jours depuis ma décision, m’accompagnant comme une vieille amie. Mais je ne la refoulerai pas. Je la laisse être là, mais sans prendre le dessus et j’avance à petits pas. Toujours accompagnée dans mon bilan de compétences et mon projet va être construit sur des bases solides. Je ne me mets pas en danger. Cette peur me donne envie d’avancer, me stimule, me secoue parfois, mais me pousse à faire ce que j’ai toujours eu envie de faire.

Ce projet est quelque chose de nouveau pour moi. En fait, c’est un rêve de gosse.

Je ne vais malheureusement pas pouvoir vous en dire plus aujourd’hui, le projet est encore confidentiel, mais comme il est sur la base de l’entrepreneuriat, vous aurez des nouvelles et les suites de cette nouvelle aventure.

CAPITAINE, NOUS AVONS UN CAP !

La peur est donc pour moi une boussole. Elle me permet d’avancer, de me préserver et de, lorsque j’en ressens le besoin, de changer de cap.

J’ai appris que :

  • Si nous avons peur, c’est généralement bon signe. Cela nous montre une direction, une envie enfouie, un défi à relever.
  • Selon moi, nous ne devrions pas « affronter » la peur. Il faut la comprendre afin de l’accepter et pouvoir trouver les bonnes actions à produire pour atteindre nos objectifs.
  • Ce n’est pas une honte. La personne qui n’a jamais eu peur est rare… Le reconnaitre est une grande force.

Alors n’ayons plus peur de la peur ! Continuons d’avancer avec elle comme des conquérants.

Et vous cher entrepreneur, avez-vous déjà tenté quelque chose malgré votre peur de l’accomplir ? Vos commentaires, sans peur et avec bienveillance,  sont comme toujours, les bienvenus…

Partager l'article :
  •